Il est troublant de remarquer que la doctrine biblique vis à vis du péché est finalement assez voisine de la doctrine sanitaire vis à vis de toute contamination ou de ce qui peut nuire à notre corps.

Parmi les mesures et les outils de protection, le monde a identifié les masques. De différentes formes, de différentes textures, leur utilisation a pour objectif de limiter les projections dangereuses de ceux qui portent en eux le virus.

Parlons encore de gestes qui peuvent protéger les autres : tousser et éternuer dans son coude ou porter un masque.

Poursuivons encore une fois avec cette analogie entre le péché et une maladie contagieuse. Nous avons rappelé la nécessité d’avoir des mains propres (ou pures) ou de les laver régulièrement (dans le sang de Jésus) pour éviter la contamination par le péché, durable et peut-être fatale.

La Bible relate un épisode de la vie de Jésus et des disciples justement autour du lavage des mains. Lisons :

  • Pourquoi tes disciples désobéissent-ils aux règles transmises par nos ancêtres ? Car ils ne se lavent pas les mains selon la coutume avant de manger. (Matthieu 15:2)

Après quelques mots de réprimandes sur l’hypocrisie et traditions, Jésus répond à la foule par une explication qui ne concerne pas uniquement le lavage des mains mais va plus loin en imageant le péché :

  • Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche d’un homme qui le rend impur. Mais ce qui sort de sa bouche, voilà ce qui le rend impur. (Matthieu 15:11)

Puis en privé, avec Ses disciples, Il poursuit :

  • Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est cela qui rend l’homme impur. Car de son cœur viennent les mauvaises pensées qui le poussent à tuer, commettre l’adultère, vivre dans l’immoralité, voler, prononcer de faux témoignages et dire du mal des autres. (Matthieu 15:18-19)

 

Dans un autre passage, Jésus est tout aussi radical avec ce qui sort de notre bouche :

Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes ? Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor. Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée. Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné.  Matt 12.34-37

 

Le problème est clair : ce qui sort de notre bouche peut être nocif pour les autres. Dieu attend de nous que nous y soyons vigilants sous peine d’être condamnés à mourir et peut-être de condamner aussi d’autres. Notre responsabilité est engagée.

De nombreux passages de la Bible nous interpellent sur nos paroles et sur notre devoir de contrôler ce qui sort de notre bouche :

  • Parlant du méchant (du pécheur) : Sa bouche est pleine de malédictions, de tromperies et de fraudes ; il y a sous sa langue de la malice et de l’iniquité.  Psaumes 10.7
  • Si l’orgueil te pousse à des actes de folie, et si tu as de mauvaises pensées, mets la main sur la bouche Proverbes 30.32
  • Celui qui surveille tout ce qui sort de sa bouche s’évite bien des tourments.  Proverbes 21.23
  • Celui qui veille sur sa bouche garde son âme ; celui qui ouvre de grandes lèvres court à sa perte.  Proverbes 13.3

Ainsi, nous n’avons pas que nos mains à laver. Nous pouvons contaminer les autres avec notre bouche. A ce point, il faut être vigilant avec l’analogie au virus : un masque peut, éventuellement, empêcher la contamination des autres comme un filtre sur notre bouche peut nous empêcher de mentir, de calomnier, de tuer par les mots, d’exprimer de mauvaises pensées… bref, de faire le mal avec notre langue. Mais attention, nous ne serons pas guéris pour autant !

Il ne suffit pas de ne pas tousser sur les autres pour être guéri, l’infection a lieu ailleurs. De la même façon, ne pas parler n’empêche pas de penser au mal, l’origine vient du cœur (de notre trésor intérieur). Voilà pourquoi Jésus parle d’impureté qui vient l’intérieur : c’est l’abondance du cœur que la bouche parle ! Finalement, ce qui tient place dans notre cœur risquera toujours de sortir ; le masque ne pourra pas le contenir éternellement… Comment donc ne représenter aucun risque ni pour soi, ni pour les autres ? Une fois encore et comme toujours, la réponse est dans la Bible :

Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture : Quiconque croit en lui ne sera point confus. Il n’y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent. Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.  Romains 10.9-13

 

Comme nos mains, notre bouche sera purifiée (et notre corps guéri) quand nous invoquerons de notre bouche le Seigneur Jésus. Remarquons le cheminement, confesser de notre bouche amène directement à croire dans le cœur. Nous obtenons ainsi la possibilité de purifier notre cœur, la source de nos paroles qui deviennent des paroles pour le bien des autres.

Aucune parole mauvaise ne doit sortir de votre bouche. Dites seulement des paroles utiles qui aident les autres selon leurs besoins, et qui font du bien à ceux qui vous entendent.       Éphésiens 4.29

Retrouvez cet article au format PDF : cliquez ici