Nous chantons et rechantons nos vieux cantiques dans le recueil des « Ailes de la Foi » et autres recueils.
Certains, nous les trouvons beaux, ils élèvent notre âme ; mais nous sommes-nous posé la question de savoir comment sont nés ces cantiques, qu’elle est leur origine, ont-ils une histoire ?

DEBOUT SAINTES COHORTES

En l'année 1858, la ville de Philadelphie fut balayée par un réveil religieux. Un des leaders de ce mouvement était un jeune pasteur, Dudley A. Tyng.
Ses sermons étaient pleins de puissance et l'on rapporte que lors de sa dernière réunion mille personnes répondirent à l'appel de devenir des disciples. Son texte était (Exo. 10/11) « Allez maintenant, vous, les hommes, servez l’Eternel ! »
Le mercredi suivant, il se rendit dans une grange où l’on battait du blé. Comme il tendait le bras vers le mulet qui manœuvrait la machine à battre, pour le caresser, son veston fut pris dans l’engrenage. Il eut le bras violemment arraché et il expira au bout de quelques heures.
Quelques instants avant sa mort, il dit aux amis qui l'entouraient : "Chantez, chantez, est-ce que vous ne pouvez pas chanter ?" Il entonna lui-même les paroles de « O Christ Eternel Rocher » et les autres se joignirent à lui.
Quand son père, le pasteur Stephen H. Tvng se pencha vers lui pour lui demander s'il avait un dernier message pour ses amis, le mourant murmura : « Dîtes-leur de se lever pour Jésus ».
Le pasteur Georges Duffield, un des amis intimes de Tvng, fut frappé par ces paroles sublimes.
Elles contenaient un message pour toutes les générations. Le dimanche suivant. Duffield prêcha dans son église sur te texte d'Ephésiens 6,14 : « Tenez donc ferme !i Ayez à vos reins la vérité pour ceinture. Revêtez la cuirasse de la justice ».
Les enfants de l’école du dimanche chantèrent les couplets que le pasteur Duffield venait de composer pour l’occasion.

Debout sainte cohorte
Soldats du roi des rois !
Tenez d’une main forte
L’étendard de la croix !

Le responsable de l'Ecole du Dimanche de son église fit imprimer ce texte pour le distribuer aux étudiants. Un de ces feuillets fut remarqué par les responsables d'un périodique baptiste qui le publia. Depuis lors, il a été traduit en de nombreuses langues et ce chant s’est répandu dans tout le monde chrétien.