« Les pensées du cœur de l'homme sont mauvaises dès sa jeunesse. »
Genèse 8:21

Il faut bien que Jeunesse se passe !... Mais pourquoi donc se passerait-elle mal ?
Le Psalmiste ne déclare-t-il pas : « Ô Dieu ! Tu m'as instruit dès ma jeunesse, et jusqu'à présent j'annonce Tes merveilles. » (71:17) Tout dépend donc de la graine qui a été semée pendant cette jeunesse, comment elle a germé et de quelle façon la plante engendrée a été entretenue. C'est là que le travail des Parents devient primordial.
Pour maintenir une plante bien droite, il faut souvent un tuteur qui soit robuste et ‘droit'. La langue Française nous autorise ce jeu de mots, mais là n'est pas plaisanterie, car un tuteur penché ou courbé entraine toujours l'arbrisseau dans la pente qui l'éloigne de son but : s'ériger droit vers la lumière, vers le ciel.
Sans métaphore nous dirons qu'une graine de Chrétien devrait donner un enfant droit et honnête. « Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre; Et quand il sera vieux, il ne s'en détournera pas. » (Proverbes 22:6) Le problème est que, parfois, (souvent ?) les parents instruisent mais n'accompagnent pas…ou mal ! « Fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais. »

Notre société de loisirs n'engendre-t-elle pas des parents qui veulent des Bébés sans les contraintes de l'enfance ! ? L'Enfant Roi' est bien vite livré à un adultisme auquel il n'est pas préparé et aucun joug ne lui est imposé, sinon de devoir se faire oublier… Pourtant, « il est bon pour l'homme de porter le joug dans sa jeunesse. » (Lamentations de Jérémie 3:27) Ainsi, la discipline acquise dès la jeunesse portera ses fruits tout au long de la vie. Quand l'enfant, le jeune, est livré à lui-même il ne peut grandir convenablement. Il a besoin de connaître les règles. L'Amour des parents ne suffit pas, il faut aussi l'exemple et la discipline. « Un enfant livré à lui-même fait honte à ses parents. » (Proverbes 29.15)  Le joug est le symbole de la soumission mais il est aussi le vecteur de la discipline et celui de l'Amour. L'Enfance et la Jeunesse ne doivent pas s'auto-éduquer. Trop nombreuses sont les tentations. (TV, Web, Réseaux sociaux, Embrigadement...)

Les Parents Chrétiens peuvent-ils connaître la Vérité et vivre à cloche-pied sous l'observation même de leur enfant ? Épuisés, démissionnaires, ils se font  ‘'l'avocat du diable'' pour excuser les erreurs de jeunesse de leur progéniture…''Il faut bien que Jeunesse se fasse !''  L'indulgence n'est pas toujours bonne conseillère. « Un père châtie l'enfant qu'il chérit comme l'Éternel châtie celui qu'il aime. » (Paraphrase, Les Proverbes 3:12)  
Parfois les Parents se dédouanent pour se décharger de leur propre négligence, de leur laxisme et de leurs erreurs. ‘'Qui aime bien châtie bien'', dit-on ? ‘'Qui aime accompagne bien'', serait-il préférable ? Tout comme : « Et vous, pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur. » (Ephésiens 6:4) ‘'Une main de velours dans un gant de fer''. Car corriger n'est pas forcément frapper ou hurler... Les cris embrument l'entendement, l'explication stimule les neurones !
Éduqués et enseignés par des Parents qui ne marchent pas intègrement dans leur Nouvelle Vie, cette jeunesse entendra seulement une morale mais suivra l'exemple malheureusement donné. Leur ‘Croissance spirituelle' risque d'en pâtir sérieusement. James Joyce va jusqu'à dire : « Dieu a fait l'aliment ; le diable, l'assaisonnement. »... et les mets du monde sont souvent très affriolants !
L'enfant (l'ado), non affermi dans sa jeunesse, est menacé par la religion et ses travers. Toutes sortes de philosophies et de doctrines seront fascinantes et envoûtantes pour ce désarmé. William Shakespeare informe même que : « Le diable peut citer l'Ecriture pour ses besoins. »
Parents, soyons fermes et Amour, dans notre éducation et dans notre vécu. (Exemple)
Enfants, Jeunesse, soyons attentifs à l'enseignement de vos Parents.
Et, ensemble, vivons 1 Jean 2:13 « Pères vous avez connu Celui qui Est dès le commencement. Jeunes gens, vous avez vaincu le malin. Petits enfants, vous avez connu le Père. »(Paraphrase)
‘'Ensemble nous pouvons donner, Ensemble nous pouvons porter, Nos fardeaux, nos joies, Et proclamer l'Amour, Que Dieu met dans nos vies.''

Commentaires

  • sophianta, 01/09/2013 00:00

    Merci cher ami en Christ. Prions tout simplement pour la jeunesse actuelle qui ne connaîtra plus jamais les joies de l'enfance car le monde (la société) les modèle en stature d'adulte alors même qu'ils n'ont pas encore quitter leur bibéron. Prions pour les parents aussi qui oublient que leurs enfants sont un prêt de l'Eternel et qu'ils devront lui rendre compte de la manière dont ils auront géré leur éducation. Enfin, louons et remercions Dieu pour ceux qui accepte de lui confier leur vie. C'est pour moi une vraie joie de voir la jeunesse en action pour le Seigneur Jésus Christ. Ceux là proclame la gloire de Dieu contre vent et marrée. C'est là ma louange!!!

  • Géogui, 01/09/2013 00:00

    Tous les principes utiles, en ce domaine, ont été excellemment abordés dans cette production, avec des illustrations percutantes, traduisant très bien la pensée de l’auteur (plante, tuteur…).
    La nécessité d’être soi-même, des parents honnêtes, soucieux d’une vie spirituelle exemplaire.
    Etre d’abord le modèle que l’enfant aimera suivre. Certes, des erreurs seront commises, mais les reconnaître, les expliquer, les rectifier (au besoin, se faire pardonner) seront tout aussi formatrices.
    La discipline, la connaissance des règles de vie sont indispensables ; mais il ne faudra pas tomber dans l’autoritarisme.
    L’enfant-roi est un concept que nous ne reconnaissons pas ; en tant que chrétiens, nous considérons que l’enfant demeure un être fragile en construction. Il est vrai que l’éducation que l’on transmettra sera fonction de celle que l’on aura reçue. Si l’on n’a pas résolu ses complexes, ses frustrations, ses souffrances d’enfance ou de jeunesse, si on ne les a pas identifiés, analysés, on risque de reproduire le même schéma que l’on aura vécu. Il sera dans ces conditions, difficile « d’instruire l’enfant selon la voie qu’il doit suivre… ».
    Il faut tout de même assumer son rôle parental : la pratique de l’autocritique face aux principes bibliques nous sera toujours d’un grand secours, car le Saint-Esprit assiste ceux qui recherchent la volonté du Seigneur.
    A notre adresse, Ephésiens 6 :4 nous rappelle, à nous pères, notre grande responsabilité : n’irritez pas les enfants, corrigez-les, instruisez-les.
    Principes intangibles, intemporels mais se pratiquant en fonction du contexte social, sociétal, culturel. Sans être du « monde », sans nous laisser « couler dans le moule », nous devons rester attentifs à l’évolution des modes (vestimentaires, des modes de penser, des mœurs, des habitudes…). Les analyser pour savoir s’ils ne rentrent pas en contradiction avec nos convictions chrétiennes…Il faut que nous soyons assez perspicaces pour discerner le bien ou le mal qui pourrait les sous-tendre. La proximité du père d’avec son enfant lui permettra de savoir comment agir à son égard pour ne pas ‘l’irriter’ et, s’il y a dérive, il sera mieux à même de sévir en corrigeant.
    Au passage, je retiendrai cette phrase, en forme de proverbe : « Les cris embrument l’entendement, l’explication stimule les neurones ! » Je la trouve ‘belle’ !
    Voilà quelques réflexions que me suscite ce texte de lerdami !

  • eveline, 02/09/2013 00:00

    Beau message qui tombe à point pour la rentrée !
    Qu'il est difficile d'être parents ! et maintenant que je suis arrivée à mes arrières-petits-enfants... je me pose encore des questions ! Ai-je été une bonne mère ? Suis-je une bonne grand-mère ? Chaque enfant est tellement différent ! s'adapter à l'un ou à l'autre est un travail de toute une vie, car un enfant reste toujours un enfant pour celui et celle qui l'a conçu, et cela, quelque soit l'âge ! Avec le recul, je me dit : Nous avons fait ce que nous avons pu, Nous avons fait certainement des erreurs, mais quand je constate le résultat et l'amour de mes enfants entre eux, envers nous, envers leurs propres enfants, je suis contente dans le fond de mon coeur, car ce que je vois et ce que je ressens me rend heureuse. Alors, je dis MERCI SEIGNEUR ! même si tout n'est pas parfait et que les soucis sont là.

  • Le Drom., 03/09/2013 00:00

    Bonjour Lerdami,
    Parfaite analyse et au combien réelle. Notre société part dans tous les sens et souvent dans le flou le plus complet. Aujourd'hui,il est appelé bien ce qui est mal et mal ce qui est bien. Être Papa et Maman dans ces derniers temps n'est pas toujours simple et pour nous Chrétiens,ils nous faut le discernement que seul DIEU peut nous donner afin d'accompagner nos enfants et petits enfants sur le bon chemin. Et pour ce faire, il faut que ma vie notre vie soit en accord complet avec la Parole de DIEU et être ce, ces témoins vivant sous l'onction de l'Esprit. Alors que notre bon Père céleste nous aide et je le pense de tout mon coeur, que ma volonté se plie à la sienne.
    A bientôt mon cher frère et merci pour tes éditos.

  • titi, 12/09/2013 00:00

    Merci pour ce texte, qui est en effet, en fonction du moment que l'on vit, soit un rappel des choses à ne pas oublier, soit une réponse à l'instant vécu.
    Faut-il encourager ceux qui vivent des moments difficiles bien qu'ayant correctement accompagnés leurs enfants, en leur rappelant de ne pas douter, ni se remettre en question ?

  • lerdami, 12/09/2013 00:00

    Lerdami répond à titi :
    Oui effectivement, une éducation et un accompagnement authentiques ne sont malheureusement pas toujours suivis d’un comportement déductif de l’enfant. Mais la graine est semée...et elle lèvera tôt ou tard. Il ne faut donc pas douter, ni se remettre en question en cas d’adversité... Si nous sommes, vraiment, convaincus d’avoir œuvré de la bonne manière.
    Dieu fait toute chose bonne en son temps : L'Ecclésiaste 3-11

Laisser un commentaire

:
: