Quand je me suis mariée, j'étais heureuse pensant que j'allais vivre un bonheur sans égal.
Très occupés par le travail, les repas entre amis, les sorties etc... nous avons rapidement arrêté d’aller à l'église, "nous n’avions plus le temps...".
Mon mari était souvent énervé, et s’endormait très rapidement prétextant que les quarts le fatiguaient. Il y avait de ça bien sûr, mais pas seulement, à ma grande surprise je me suis aperçue qu’il buvait; il était alcoolique, ce qui me fit comprendre d’où venait son agressivité à mon égard.
Une jeunesse malheureuse était la cause d’une souffrance intérieure et il se servait du whisky comme anti dépresseur. Je subissais alors des violences verbales, des humiliations, sans oublier une dévalorisation permanente qui lui permettait de se valoriser auprès des gens qui l’entouraient.
Quand je revenais du travail je restais dans ma voiture me disant : « je rentre ou je ne rentre pas ? » J’étais très malheureuse, mon moral baissait de jour en jour, même pendant les heures de bureau.
Quand j’en ai eu assez de cette vie de souffrance, j’ai préparé un sac contenant des affaires de toilette, et l’ai porté dans l’appartement de ma mère qui continuait de payer la location pour me sécuriser, elle avait élu domicile chez ma soeur et mon beau frère qui l’ont gentiment prise chez eux, ainsi j’étais prête à partir s’il devenait trop violent.
Ma soeur, voyant mon moral, et en vue de me réconforter, m’a prêté un magazine PENTECOTE, sur la dernière page, j’ai vu un encadré qui disait à peu près ces termes : CE N’EST PAS PARCE QU’UNE VOITURE EST EN PANNE QU’IL FAUT LA METTRE "A LA CASSE". J’ai compris que ce message était pour moi : mon mari était malade et je ne devais pas le quitter...
Je suis donc allée vider le sac en attente chez ma mère, et j’ai abandonné mon projet de fuite. Par contre j’étais toujours dans le même état de découragement.
Visitant ma soeur, celle-ci me dit : et si tu retournais à l’église, ça te ferait sûrement du bien, rien ne t’empêche d’essayer... Et c’est donc à ce moment-là que je suis retournée à l’église, je la remercie encore pour cette si bonne idée.
De réunion, en réunion, mon moral revenait, Dieu me donnait une force que je n’avais pas auparavant pour supporter toujours le même problème à la maison, et à chaque réunion je sentais dans mon coeur l’amour pour mon mari se restaurer, l’amour de DIEU me donnant ainsi la force de rester patiente, calme et souriante quand mon mari arrivait à la maison, ne sachant jamais comment ça allait se passer. J’étais très reconnaissante à DIEU pour la paix et la force qu’il me donnait.
Mon mari a été malade pendant deux ans et pendant ce temps DIEU a continué à me soutenir jour après jour.
Il est décédé, il y a 3 mois de deux cancers, dès ce moment j’ai éclipsé toutes mes souffrances , et n’ai plus gardé que les bons souvenirs, bien sûr il m’est resté des problèmes à résoudre car le jardin et bien d’autres choses étaient restés à l’abandon depuis sa maladie (j’ai été opérée des deux hanches et de la colonne vertébrale, je ne pouvais pas le faire à sa place), nous avions des travaux en prévision qui sont également restés en plan.
Là encore DIEU a été présent il m’a comblée de bénédictions, car après le décès de mon mari, j’ai été entourée de beaucoup d’amour de la part de ma fille, son mari et mes petits enfants, de ma soeur et mon beau frère qui sont en permanence à mes petits soins, de la famille qui s’est rapprochée de moi et d’amis dont je pensais ne rien attendre.
Grâce à DIEU, les travaux qui étaient prévus vont se trouver effectués sans que j’aie besoin de chercher de l’aide, puisque mes voisins se sont proposés avec bienveillance et ont pris la direction de ces tâches.
Encore merci MON DIEU, mes soucis s’en vont les uns après les autres, tout se trouve résolu au fur et à mesure.
Je ne remercierai jamais assez le Seigneur pour son amour à mon égard. Ma vie a changé, je me sens plus légère et mes priorités ne sont plus les mêmes.
Jamais il ne me viendrait à l’idée maintenant, de quitter DIEU, il est rempli d’amour et je l’aime.

Le Havre, le 25 Juillet 2013
, |News