Lecture : Psaume 18 versets 18 à 51

A partir de là, une autre leçon apparaît dans notre texte.

 

Versets 18 à 20
Les versets 18 et 19 nous révèlent la nature des ennemis et leur façon d'attaquer : « Il me délivra de mon adversaire puissant, de mes ennemis qui étaient plus forts que moi. Ils m'avaient surpris au jour de ma détresse »

« Mais l'Eternel fut mon appui, il m'a mis au large, il m'a sauvé parce qu'il m'aime. »

Est-ce la volonté de Dieu que nos ennemis soient plus puissants que nous ?
Est-ce la volonté de Dieu que l'attaque nous surprenne ?

1 Pierre 4 v 12 : « Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. »

Bien sûr le Seigneur est fidèle et surtout Il nous aime. Il ne nous abandonne pas dans la difficulté mais n'attend-Il pas autre chose de notre part ?


A partir du verset 21 et jusqu'au verset 25 la description qui est donnée de la raison du secours de Dieu pourrait nous ébranler car elle pourrait laisser entendre que nous méritons le secours divin.
Ce n’est pas le cas bien évidemment.
Mais il faut se rappeler qu'il y a des passages prophétiques dans les psaumes et qu'ici il est fait allusion à Jésus.

C'est par Lui que nous sommes bénéficiaires de la miséricorde divine et d'ailleurs le verset 28 confirme cela :
«Tu sauves le peuple qui s'humilie. »

 

Le Seigneur nous forme et nous fait grandir par les différentes épreuves par lesquelles nous passons.
Et cela doit porter du fruit.

Le verset 29 révèle un homme qui n'est plus éteint par la peur et l'angoisse mais qui brille aux yeux de ceux qui l'entoure.
«Tu fais briller ma lumière, l'Eternel mon Dieu éclaire mes ténèbres. »

 

 

Le verset 30 révèle un changement radical d'attitude.

Où est l'homme qui ployait sous les coups de l'ennemi et qui s'était fait surprendre par l’attaque ?

« Avec toi je me précipite sur une troupe en armes, Avec mon Dieu je franchis une muraille. »

Remarquons qu'il n'est pas question ici de témérité inconsciente puisque l'auteur précise qu'il combat avec Dieu à ses côtés et selon sa parole.

 

« Avec Dieu nous ferons des exploits » parce que nous pouvons compter sur ses promesses et sa fidélité.
Verset 31 : « Les voies de Dieu sont parfaites, la parole de Dieu est éprouvée, il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en lui. »

Les épreuves sont là pour nous exercer au combat.

 

Versets 33 à 37

Verset 33 : « C'est lui qui me ceint de force ...»
Verset 34 «Il rend mes pieds semblables à ceux des biches, il me place sur des lieux élevés.»

Lorsque les Israélites ont voulu ceindre David pour qu'il parte au combat contre Goliath, ils n'ont fait que l'handicaper en l'équipant d'une armure inadaptée et encombrante.

Mais lorsque c'est Dieu qui nous met une ceinture, alors sa force nous saisit et nous sommes plus que vainqueurs en son nom.
Encore faut-il que nous acceptions d'être enrôlés dans l'armée divine.

Verset 35: «Il exerce mes mains au combat ...et je deviens grand par ta bonté.»
Verset 37: «Tu élargis le chemin sous mes pas.»

 

Quels progrès !
Quel changement d'attitude.
Avant il y avait quelqu'un qui subissait, maintenant il y a un combattant de Dieu, un soldat qui accepte l'affrontement et qui se laisse entraîner par son chef et maître.

 

« Notre chef et maître c'est le Roi des rois
Portant ferme sa bannière.
Sans crainte ni doute soldats de la foi.
Avançons dans la lumière.
En avant, en avant
. » 
(C&C 448)

 

Vainqueurs au nom de Jésus

 

Versets 38 à 48 : « Je poursuis mes ennemis, je les atteints, et je ne reviens pas avant de les avoir anéantis... »
Verset 44 : « Un peuple que je ne connaissais pas m'est asservi. »
Rappel important : Notre combat est un combat spirituel.

Nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang mais contre les esprits mauvais dans les lieux célestes. (Ephésiens 6 v 12)

Il y a des combats spirituels qui nous attendent pour que le royaume de Dieu soit annoncé sur la surface de la terre et que son règne vienne.

Relisons Ephésiens 6 et sa description des armes que Dieu veut que nous prenions pour le combat.

Bien sûr il y est fait mention des termes 'tenir ferme', 'résister', 'avoir tout surmonté' qui font penser à la défensive mais la fin du chapitre nous montre aussi que par la prière, nous mettons en oeuvre des offensives contre l'ennemi afin de faire tomber les murailles du doute, de l'incrédulité et des oppositions.

Conclusion :

Versets 47 à 51 : l'hommage et les actions de grâce rendus à notre chef et maître !

Je ne sais pas sur quel air et avec quel rythme David chantait le début du psaume 18 mais j'imagine qu'à partir du verset 47 ce devait être l'apothéose !
Une marche militaire ?
Un chant triomphant ?

En tout cas ce sont des louanges à Dieu avec joie et allégresse.
Vive l'Eternel ! Et béni soit mon rocher !

Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

:
: